Accueil de la Base de données VTRs wallonne

Le SPW met à disposition une liste de Valeurs Toxicologiques de Référence (VTRs) à utiliser en Wallonie pour les évaluations de risques pour la santé humaine ainsi que pour l’établissement de normes, de valeurs guides ou de critères de qualité de l’environnement.

Une VTR est un indice caractérisant le lien entre l’exposition de l’homme à une substance toxique et l’apparition ou l’occurrence d’un effet nocif1. Elle est établie à partir d’études épidémiologiques ou toxicologiques. Elle est spécifique :

Les substances chimiques « à seuil » sont des substances pour lesquelles il n’est pas observé d’effet néfaste en dessous d’une certaine dose administrée. Une VTR à seuil est la quantité d’un produit, ou sa concentration dans l’air, à laquelle un individu peut être exposé sans constat d’effet néfaste sur une durée déterminée4.

Les substances chimiques « sans seuil » sont des substances pour lesquelles un effet peut apparaître quelle que soit la dose administrée3. En particulier, les agents cancérigènes développent leur effet sans aucun seuil de dose. Par conséquent, la VTR « sans seuil » est exprimée non pas en dose mais en probabilité. On parle d’ « excès de risque unitaire » (ERU), c’est-à-dire la probabilité supplémentaire de subir un effet néfaste lorsqu’on est exposé pendant toute sa vie (par convention : 70 ans) par rapport à une personne qui n’est pas exposée à l’agent5.

Une même substance peut avoir des effets « à seuil » et « sans seuil ».Il s’agit alors de deux mécanismes d’action différents pour des organes différents voire pour le même organe4.


Depuis 2018, le SPW a mis en place un groupe de travail appelé « Comité VTR », constitué de représentants de l’ ISSeP, qui en assure la présidence et le secrétariat, de l’AwAC, de la SPAQuE et de la Direction Agriculture, Ressources Naturelles et Environnement du SPW SPW-ARNE. Ce Comité a été chargé, dans un premier temps, d’élaborer un protocole pour la détermination de la cancérogénicité et la sélection de VTRs à utiliser en Wallonie, et de développer une base de données pour les recueillir. Il est aujourd’hui chargé de sélectionner des VTRs et de réviser des VTRs existantes en fonction des nouvelles données scientifiques disponibles. Une fois validées, les VTRs sont mises à disposition dans la base de données des VTRs à utiliser en Wallonie.

En Wallonie, les différentes institutions wallonnes établissent leur raisonnement propre pour dériver des normes et des valeurs guide de la qualité des milieux, que ce soit dans l’air, dans l’eau ou dans les sols à partir des VTRs mises à disposition. Ces valeurs peuvent être définies comme des concentrations dans les milieux à ne pas dépasser afin d’assurer leur bon état environnemental général. Elles se distinguent des VTR puisqu’elles ne se limitent pas aux seuls impacts directs sur la santé humaine (toxicité) et sont spécifiques des milieux considérés. L’AwAC est compétente pour la qualité de l’air ambiant. Le SPW est compétent pour les Valeurs Seuil pour la Santé Humaine dans les sols (VSH) et dans l’eau souterraine (VSnappe) ainsi que pour les Valeurs Limites dans les sols et dans l’eau souterraine (polluants non normés dans le Décret sols), avec l’appui technique et scientifique de l’ISSeP, de la SPAQuE et de l’AwAC.

Cette base de données est évolutive et sera mise à jour régulièrement. L’utilisateur doit consulter la dernière version à jour et référencer dans son étude la date de consultation de la base de données

La procédure pour la prise en compte du caractère cancérogène d’un polluant et la sélection des valeurs toxicologiques de référence (VTR)

Dans un premier temps, la nécessité de prendre en compte le caractère cancérogène pour une substance donnée doit être définie sur base de la consultation d’une liste prédéfinie d’agences nationales et internationales reconnues.

Ensuite, la sélection des VTRs à proprement parler peut avoir lieu. Le protocole de sélection développé comporte deux niveaux :

Pour toute question ou remarque, vous pouvez les adresser à la Cellule Environnement-Santé de l’ISSeP : comitevtr@issep.be

*Sources rédactionnelles :